Archives mensuelles

Juin 2016

Utilisation de la technologie par nos Agents

Par | Comptes-rendus | 622 Commentaires

Nous vous avons demandé comment vous utilisez la technologie – quels appareils vous utilisez, quand vous les utilisez, et si vous êtes en ligne souvent ou non.

D'après vos réponses, la plupart d'entre vous utilisez le numérique dans l’après-midi ou la soirée après l’école ou le travail et que vous passez en moyenne environ 5-7 heures en ligne par jour. Les smartphones sont les plus populaires, suivis de la télévision, et en troisième place ex-aequo vous utilisez des ordinateurs portables et des tablettes. La plupart d'entre vous faites quelque chose en ligne 20-50 fois par jour, et certains agents sont en ligne encore plus souvent ! Ce n’est pas surprenant, compte tenu de la facilité avec laquelle les smartphones permettent de vérifier vos médias sociaux, faire une recherche sur google ou un envoyer un message. Selon un agent, "C’est comme ça, vérifier mes messages ne se fait pas à un moment défini, c'est littéralement n'importe quand". Mais bien sûr nous sommes conscients que cela ne représente peut-être pas tous nos agents et il y a des différences de par le monde – dis-nous si l'usage de la technologie numérique est différent pour toi en laissant un commentaire sur ce blog.

08_ReRights_TechUse

 

 

Discussion avec Ingrid

Par | Actualités RErights | Pas de commentaire

Notre héroïne Hi-Tech, Ingrid Soto, du Brésil, a partagé avec nous quelques réflexions sur le pouvoir de la musique, le potentiel des jeunes, et comment faire pour changer le monde. Merci, Ingrid!

Tu organises des campagnes de sensibilisation pour collecter des dons de livres et de jouets destinés aux enfants réfugiés arrivant au Brésil. Pourquoi as-tu choisi de concentrer ton initiative sur ce groupe en particulier? Combien d’enfants es-tu parvenue à aider, et combien as-tu donné depuis le début de cette initiative?
Eh bien, quand j’étais une petite j’ai vu à la télé des enfants qui souffraient dans des pays en guerre et qui devaient quitter leur pays pour préserver leur droit à la vie, la paix et la liberté. J’ai réalisé que je ne pouvais pas continuer à rester assise et regarder toutes ces atrocités sans rien faire. Parce que c'était des enfants comme moi et je me suis dite qu'alors même que j’étais dans ma maison, les maisons d’enfants et de familles innocentes étaient bombardées. J’ai été profondément émue par leur situation, et je voulais aider d'une façon ou d'une autre. Pendant 4 ans j’ai organisé des collectes de jouets et de livres. La première année de la campagne, j’ai eu le soutien de l’ONU, mais il était très difficile de collecter des jouets parce que les gens ne réalisaient pas ce que c’était que d' “être dans une situation de réfugiés,” j’ai donc eu besoin de dons d'entreprises! La campagne a commencé à prendre de l'ampleur de façon incroyable, au fur et à mesure que la société a plus d’information sur la plus grande tragédie humanitaire que nous vivons. Maintenant, les écoles et les jeunes collaborent beaucoup plus. L'an dernier, j’ai récolté plus de 10,000 jouets, j’ai donc eu besoin d’un camion pour transporter les dons et les partager entre deux institutions qui accueillent les familles et enfants réfugiés. Je ne sais pas combien d’enfants réfugiés j'ai pu aider grâce à cette campagne, parce qu’il y a beaucoup d’enfants qui arrivent au Brésil. La seule chose que je sache est que les enfants réfugiés peuvent se sentir plus accueillis et aimés grâce à cette action. A chaque fois qu'il y a de la joie dans un regard c'est comme si tu sauvais le monde, et tu redonnes de l’espoir.

Tu es un Agent RErights très actif - et nous apprécions tes réponses et ton opinion à propos des droits et de la technologie numérique. Quels liens y a-t-il entre ton action et RErights?
Il y a beaucoup de points communs entre RErights et ce que je fais, je me bats pour les droits de l’homme et les droits de l’enfant en utilisant la technologie. Aussi, grâce à la musique, je veux faire passer le message que nous (les jeunes) pouvons changer le monde, parce que nous sommes l’avenir de la nation et les adultes doivent nous entendre pour soutenir le changement positif dans le monde.

Quels droits veux-tu promouvoir pour les jeunes par le biais de ton action? Crois-tu que l’ère numérique a un impact sur tes droits, quel qu'il soit?
Je m'efforce de toujours promouvoir la liberté d’expression, et de favoriser l’émancipation des filles, le droit à la vie et la protection des enfants qui sont en situation de risque. La technologie aide à mieux réaliser: la liberté d’expression, le droit à l’information et le droit d’être entendu.

Tu te présentes aussi comme chanteuse pacifiste! Qu'est-ce que tu veux dire par là? D'après toi, comment la musique peut-elle changer le monde?
J’aime être chanteuse pacifiste. Pour moi être pacifiste signifie que je peux aider à influencer les jeunes et à leur donner les moyens d'incarner les changements positifs que nous voulons pour le monde, mais je dois aussi rester ancrée dans le monde réel et caler mon action sur des faits. J’aime écrire sur mes rêves et ce que je souhaite pour notre monde, surtout si je sais que ça peut inspirer d’autres jeunes. Je pense que quand nous rêvons aux autres, les autres rêvent de nous et j’ai trouvé dans la musique un moyen de communiquer. La musique rassemble les gens d’une manière fantastique qui apporte espoir et amour à l'humanité, sans distinction de religion, race, couleur ou classe sociale.

je veux faire passer le message que nous (les jeunes) pouvons changer le monde, parce que nous sommes l’avenir de la nation et les adultes doivent nous entendre pour soutenir le changement positif dans le monde.

Ton action est basée principalement sur internet. Peux-tu expliquer comment la technologie t'a permis d'accomplir ce travail? Quels avantages présente la technologie qui est disponible aujourd'hui ?
Avec internet, je peux communiquer, partager ma musique et sensibiliser les gens à mes campagnes de dons de jouets et de livres. Les avantages de la technologie sont de pouvoir joindre des gens partout dans le monde, réveiller la solidarité et de mobiliser les gens pour changer le monde.

Tu as accompli beaucoup de choses à 14 ans! Pourquoi crois-tu que ce soit si important pour les jeunes de se faire entendre? De quelles façons les jeunes pourraient-ils être davantage impliqués dans le processus décisionnel?
Je pense que j’ai encore beaucoup à faire. Nous, la nouvelle génération, devons nous faire entendre, parce que nous voulons non seulement un avenir, mais aussi un présent meilleur, et oui, nous pouvons contribuer à changer le monde. Les adultes devraient accorder plus d’attention à nos idéaux, et voir que nous pouvons aussi prendre des décisions, participer aux débats sur nos droits, créer de l’art, et avoir une éducation de qualité. C'est tout cela qui aide les jeunes à s'épanouir et à trouver ensemble la voie du développement.

Vous avez écrit votre premier e-mail aux Nations Unies à 10 ans! C’est impressionnant. Quels conseils voudrais-tu donner à d’autres jeunes souhaitant initier le changement dans leur communauté en utilisant la technologie?
À dix ans, surfant sur le site de l’ONU, j’ai réalisé que je pouvais aider les adultes à ma façon. Nous les jeunes, nous avons un gros potentiel, et avec internet, c'est devenu plus facile, d’un simple clic, nous pouvons connaître tout autour de nous, et nous avons entre les mains un incroyable outil de communication. Croyez en vous, vos rêves et votre potentiel! Avec votre potentiel, utilisez internet de manière positive, vous pouvez promouvoir le changement pour un monde meilleur et atteindre plus de monde. Oui, vous pouvez tout améliorer! N’oubliez pas que tout commence très petit, avec beaucoup d’efforts, planification et dévouement, vous verrez la transformation dans votre famille, dans votre communauté, dans votre ville, étape par étape et tous ensemble nous transformons le monde.

La technologie s'est tellement développée ces dernières années. Et dans quelques années, tout aura peut-être encore changé! Étant donné que ton action se fait beaucoup par le biais de la technologie, quel avenir vois-tu pour ce que tu as développé?
Je veux continuer à chanter et poursuivre les campagnes de sensibilisations et de dons pour les enfants réfugiés et la protection des enfants en situation de risque, et je veux atteindre encore plus de gens dans le monde à travers la musique. Mais nous ne devons pas oublier que dans la vraie vie, il faut mettre en pratique au quotidien les choses auxquelles on croit. Pour cette raison, j’aime participer à des conférences et des spectacles pour voir les gens, la lumière dans leurs yeux, et voir le changement qui se passe en réalité. Je rêve d’être ambassadrice de l’UNICEF pour encourager les gens à s’entraider. Aussi j’ai vraiment envie de participer à certains débats des Nations Unies. Depuis que je suis petite, J’ai envie de rassembler des chanteurs provenant de différents continents pour chanter ensemble et prôner la protection des enfants réfugiés et j'essaye de mobiliser des artistes pour cela. Alors, je continue à chanter pour ne pas taire nos rêves.

Conversation avec Gabby

Par | Actualités RErights | 767 Commentaires

Nous avons discuté avec l’une de nos Héros Hi-Tech, Gabby Frost, au sujet de son travail, la technologie et les droits. Lisez pour en savoir plus sur Gabby et ce qu'elle a à dire!

Buddy Project a parrainé plus de 100,000 'Buddies' (potes)! C’est une grande réussite. Peux-tu nous raconter un peu ce qui t'a inspiré pour lancer le Buddy Project, et comment tu as démarré cette initiative?
Ce qui m'a inspirée pour créer Buddy Project ce sont des amis, de l’école et sur Twitter, qui ont eu des problèmes de santé mentale, tels que la dépression, l'anxiété, la dépendance à l’automutilation, et des pensées suicidaires. Ces amis m’ont toujours dit combien ils appréciaient mon amitié qui leur a permis de ne pas baisser les bras et les a aidés à se battre. Je n'ai jamais oublié ça, et c'est ce qui m'a poussée à créer Buddy project. Une nuit alors que j’étais sur Twitter, Il y avait 3 filles qui envisageaient de se suicider. Après leur avoir envoyé des messages de soutien sur Twitter, j’ai réfléchi à comment je pouvais aider les gens à ne pas commettre un tel acte. J’ai remarqué que 3 toutes les filles avaient tweeté qu’elles n’avaient pas le soutien de leur famille ou d'amis. C’est alors que je me suis rappelé de ce que mes amis m’avaient dit, et j'ai su que je devais créer un système de parrainage où les gens pouvaient recevoir un copain ne pas être seuls. Mettre ce système en place a été assez facile pour moi, étant donné que j’utilise un ordinateur souvent et depuis que je suis jeune. J’ai créé un compte Twitter pour promouvoir l’idée et j’ai utilisé des formulaires Google pour obtenir des offres pour devenir un 'Buddy' (copain).

Comment les Buddies sont-ils mis par paire – et comment s'inscrivent les gens? Que recherches-tu lorsque tu proposes le parrainage? Quelles plates-formes internet utilises-tu?
Les personnes peuvent maintenant s’inscrire sur le site de Buddy Project sur www.buddy-project.org/signup. Il suffit d'indiquer votre prénom, nom d’utilisateur Twitter (ou Tumblr maintenant!), age, et citer deux intérêts. Quand je mets deux personnes en contact, je choisis celles qui ont des intérêts en commun. J’utiliser le site internet pour créer des paires de copains.

A quoi ressemble une relation avec un « Buddy »? Comment se contactent-ils? Est-ce une relation entièrement basée sur internet? Que font-ils ensemble?? As-tu une histoire favorite qui témoigne de la réussite du projet?
Une relation avec un "buddy" peut prendre des formes très différentes. Certaines personnes profitent de cette opportunité et tissent des liens d'amitié très forts. Que ce soit juste quelques messages sur Twitter, des textos, Skype, FaceTime, ou se rencontrer en personne, les relations entre "buddies" sont très bénéfiques. Ils ont quelqu'un qui est là pour eux quand ils ont juste besoin d’un ami, et c’est super important. Tout le monde mérite d’avoir quelqu'un dans leur vie qui va les pousser à tirer le meilleur d'eux-mêmes et à être solidaire, et les "buddies" jouent exactement ce rôle. Je n’ai pas un exemple préféré car toutes les histoires que j'entends sont vraiment incroyables. Il y a eu quelques "buddies" qui se sont rencontrés en personne, lors d’un concert ou à l’aéroport. Voir des personnes qui n'étaient en contact que par le biais d’internet se rencontrer dans la vraie vie est un moment fort.

“Je pense que les réseaux sociaux ont un impact positif sur la santé mentale, parce que c'est bien plus facile pour nombre de gens de voir qu’ils ne sont pas seuls. Ils sont exposés à des millions de gens, et à de nombreuses personnes qui peuvent avoir les mêmes problèmes qu’eux.”

Quels sont les avantages offerts par les réseaux sociaux dans le cadre de ce travail? Crois-tu qu’il existe une relation entre la capacité des réseaux sociaux à connecter les gens, et la santé mentale (positive ou négative)?
Les réseaux sociaux sont certainement bénéfiques car ils mes permettent de mettre en contact des gens de partout dans le monde. Je pense que les réseaux sociaux ont un impact positif sur la santé mentale, parce que c'est bien plus facile pour nombre de gens de voir qu’ils ne sont pas seuls. Ils sont exposés à des millions de gens, et à nombre de personnes qui peuvent avoir les mêmes problèmes qu’eux. Bien que la société ait parfois tendance à mettre en avant les aspects négatifs de l'utilisation des réseaux sociaux , je pense que ça apporte plus d'aide que de mal. Rassembler des milliers de gens pour lutter contre la stigmatisation des maladies mentales n’aurait jamais pu se faire en personne; grâce à internet, j’ai pu le faire à l’aide de Twitter.

Tu as dit que la stigmatisation des problèmes de santé mentale est destructrice. Comment pourrions-nous lutter contre cette stigmatisation? De quelles façons le sujet de la santé mentale pourrait être mieux abordé avec les jeunes?
Je pense que la stigmatisation des problèmes de santé mentale ne peut être surmontée que par le biais de l’éducation, la bonté, et l’empathie. Si nous éduquons les gens sur ce qu'est la réalité de la santé mentale, personne ne serait ignorant ou aurait des idées fausses à ce sujet. Je pense que l'école doit faire l'effort de mieux éduquer les élèves au sujet de la santé mentale. Mon expérience personnelle, c'est de n'avoir entendu parler des questions de santé mentale qu'une seule fois au lycée et c'était un cours tous les 3 jours et seulement pendant quelques semaines. Je pense que cette question mérite de tenir une place bien plus importante dans le programme d'éducation et devrait être reprise tous les 2-3 ans, avant même l'adolescence. La puberté marque le début de changements du corps, et c'est souvent une période fragile aussi pour la santé mentale des ados.
Nous devons également faire preuve de bonté et d’empathie. Il y a trop de gens négatifs dans le monde qui peuvent gâcher l'enthousiasme des autres sans raison, ou qui vont ignorer les sentiments d'une personne simplement parce qu’ils ne comprennent pas. Si nous apprenons aux gens à essayer de voir les choses du point de vue d’autrui, ce serait un énorme progrès.

Quels sont les droits des jeunes que ton action aide à promouvoir? Crois-tu que l’ère numérique a un impact sur tes droits, quel qu'il soit?
Je pense que le numérique donne aux jeunes des droits car il leur permet d'avoir une grande quantité d’information sur la santé mentale ainsi que la sexualité et l'identité de genre. Sans internet, certaines personnes ne seraient pas en mesure de s’éduquer sur ce genre de questions. Cela donne aussi aux jeunes la possibilité de parler à la personne de leur choix, quelle qu'elle soit, ce qui est en rapport avec le droit le plus important: la liberté d’expression. Les jeunes peuvent maintenant facilement exprimer leurs émotions et opinions et peuvent démarrer des révolutions qui impliquent des milliers de personnes. Internet et les réseaux sociaux sont efficaces pour rassembler des gens de partout dans le monde qui croient au même idéal et veulent faire bouger les choses.

Tu as accompli beaucoup de choses à un très jeune âge. En tant qu'adolescente, est-ce que tu as dû surmonter des obstacles pour y parvenir? Quels conseils donnerais-tu à d'autres jeunes qui espèrent changer les choses avec l'aide des nouvelles technologies?
Oui, il y a eu quelques obstacles, qui étaient principalement parce que je ne savais pas toujours comment fonctionne la technologie. Quand j’ai commencé à mettre les gens en contact par binômes de copains, je n’avais aucune idée de la manière la plus efficace de le faire. Heureusement, ma mère était en mesure de m’aider et j’ai pu passer ce premier obstacle. Après cela, j'ai eu du mal à vraiment comprendre comment gérer un site web professionnel et à savoir me présenter de manière plus professionnelle. Au cours des 3 années de Buddy Project , j’ai mûri, à l'époque j'etais une collégienne de 15 ans et je suis maintennat une étudiante de 18 ans entrant à l'Université. c'est une autre étape que j’ai franchie simplement en grandissant. Le nouveau défi auquel je suis maintenant confrontée est de créer une application et un site plus complexe. Je veux aussi commencer à collecter des fonds et organiser des manifestations depuis que Buddy Project est devenu une organisation 501(c)(3) , une association à but non lucratif, en décembre dernier. J’espère pouvoir apprendre à programmer bientôt pour relever ce nouveau défi, et j'espère que je serai en mesure d’avancer quels que soient les prochains obstacles.

La technologie s'est tellement développée ces dernières années. Et dans quelques années, tout aura peut-être encore changé! Étant donné que ton action se fait beaucoup par le biais de la technologie, quel avenir vois-tu pour ce que tu as développé?
J’adorerais pour Buddy Project puisse évoluer en un vrai réseau social sur lequel les gens peuvent s'inscrire et avoir leur propre nom d’utilisateur/mot de passe. Ce serait aussi génial s’il était utilisé partout dans le monde sur tous les continents.

 

 

Et voici nos Héros Hi-Tech!

Par | Actualités RErights | 3 Commentaires

Il y a quelques semaines nous vous demandions de nommer des jeunes qui utilisent les médias numériques pour excercer leurs droits et favoriser le changement. Nous avons reçu de nombreuses candidatures, et nous sommes ravis d’annoncer nos 3 remarquables Héros Hi-Tech!

Gabby Frost est une jeune de 18 ans qui vit aux États-Unis, elle est fondatrice du Buddy Project, une organisation qui vise à prévenir le suicide et l’automutilation en mettant les gens en contact en binôme . En utilisant les réseaux sociaux pour connecter les gens entre eux, Gabby aide à sensibiliser les autres au sujet des maladies mentales et à améliorer la qualité de vie de jeunes du monde entier.

14 ans, Ingrid Soto habite au Brésil et utilise ses talents musicaux pour promouvoir un monde meilleur en écrivant et en interprétant des chansons pacifistes. Elle organise également des collectes de dons de jouets et de livres destinés aux enfants réfugiés arrivant au Brésil. Ingrid se sert d’internet pour diffuser sa musique et le message qu'elle veut lancer aux autres, mais aussi pour se connecter et impliquer d'autres jeunes dans ses campagnes de sensibilisation.

Groupe de créativité est une communauté d’étudiants du Ghana qui utilisent la technologie, comme l’électronique, l'impression en, 3D, et la programmation mobile pour soulever des questions d'ordre social et proposer des solutions pour un développement durable au sein de leurs communautés. Un de leurs projets est d'offrir une version hors ligne d’internet aux enfants dans les régions reculées du Ghana, et de les aider à prendre conscience de leur droit à l’éducation.

Nous sommes absolument enchantés d’avoir ces jeunes remarquables comme ambassadeurs de la communauté RErights. Nous allons faire connaître nos héros plus en détails dans les prochaines semaines, alors revenez bientôt!

C’est vraiment pas cool…

Par | Opérations | 3 Commentaires

** Nous avons reçu des nouvelles de l'Union Internationale des Télécommunications! **

L’Union Internationale des Télécommunications (UIT) est un organe des Nations Unies spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication. Ils prennent des décisions importantes et aujourd'hui ils veulent savoir ce que VOUS pensez. L’UIT a demandé à RErights de rapporter les opinions des jeunes au sujet des comportements en ligne qui ne sont pas très sympa et de ce qui peut être fait pour les combattre.

Les comportements désobligeants en ligne ont toujours été un sujet de préoccupation et avec l’utilisation accrue de la technologie numérique, ces comportements sont devenus un enjeu dans le monde entier. Il ne s'agit pas seulement de recevoir des messages désagréables, ces comportements peuvent prendre des formes variées comme le trolling, la traque en ligne ou le harcèlement, et elles se produisent sur des plateformes diverses.

En Opération 8: Pas cool nous explorons la question des comportements plus ou moins méchants en ligne par le biais de quatre missions.
Mission 1: Pas sympa – vous demande de lire des scénarios dans lesquels il se passe des trucs pas très sympa, de donner votre interprétation et d'expliquer comment vous auriez réagi dans de telles situations.
Mission 2: Méchanceté – vous demande comment vous définissez le cyber harcèlement.
Mission 3: Soutien – vous demande quelles options sont disponibles dans votre pays pour obtenir de l'aide et des réponses en cas de problème.
Mission 4: Réponse – vous demande d’indiquer quels rôles différentes personnes peuvent ou devraient jouer pour réduire le cyber harcèlement ou mieux aider les victimes.

Vos réponses à l’Opération 8 sont le meilleur guide jamais écrit par les jeunes pour mieux comprendre les comportements en ligne qui sont loin d'être cool. Il s’agit d’une #VeryImportantOperation et nous comptons sur vous Agents pour mener le débat.

A vous de jouer!